Accueil du site > Actualité de la recherche en littératures d'enfance et de jeunesse > Littératures d’enfance et de jeunesse au Maroc
  • Article

Journée d’études du samedi 25 avril 2009

  Littératures d’enfance et de jeunesse au Maroc

Argumentaire

La Coordination des Chercheurs sur les Littératures Maghrébines et Comparées (CCLMC) organise une journée d’étude intitulée Littératures d’enfance et de jeunesse au Maroc : entre production et réception. Cette journée s’inscrit dans le prolongement des activités que l’association a organisées autour des différents aspects de cette littérature au Maroc et dans d’autres sphères géographiques, durant la période de la fin des années quatre-vingt dix et deux mille. Ces manifestations scientifiques, qui ont ouvert de nouvelles perspectives de réflexion sur la production destinée à l’enfance et à la jeunesse, ont été réalisées :

_ - A Casablanca, en 1997, sous le thème "Littérature d’enfance et de jeunesse : de l’exemple occidental à la situation au Maroc". Ce colloque a connu la participation de chercheurs occidentaux qui ont présenté les expériences de leurs pays. Cette rencontre a permis de faire le bilan de la situation de cette littérature au Maroc et de jeter des ponts entre la littérature de jeunesse locale et internationale.

- A Rabat, Les 7 et 8 mars 2003, sous le thème "Littératures de jeunesse et apport des nouvelles technologies de l’information : Internet, e-book…". Différentes questions ont été débattues comme l’état des lieux de l’édition dans les milieux urbain et rural, les rapports entre l’informatique et le livre, les difficultés liés à l’écriture pour les enfants, l’illustration des livres, l’impact du multimédia sur les habitudes culturelles et ludiques des enfants. Des recommandations importantes ont été faites dans ce domaine.

- A Rabat, en juin 2003, sous le thème "L’Enfant et l’image". Les interventions ont traité trois aspects relatifs à cette question : le rapport de l’enfant à l’image et la communication, l’image et le livre, l’image et la bande dessinée. Les conclusions de cette journée dressent un constat négatif sur le statut de l’image dans la culture de l’enfant arabe aussi bien du point de vue thématique qu’esthétique et propose des recommandations.

- A Rabat, en mars 2004, Le colloque "Littératures d’enfance et de jeunesse dans le monde arabe", a contribué au diagnostic de la littérature d’enfance et de jeunesse dans le monde arabe. Les interventions ont touché à divers aspects de la question : la psychologie cognitive de l’enfant, l’enfant et la télévision, l’enfant et les multimédias, l’éducation de l’enfant dans la famille musulmane, le rôle des institutions culturelles dans la formation sociale et culturelle de l’enfant, l’héritage culturel de l’enfant arabe et son impact sur les récits, les aléas du métier d’écrivain pour l’enfance, les différents supports, etc.

- Durant l’année scolaire 2004-2005, la CCLMC (Maroc), l’Association Lignes d’écritures (France) et Le Cercle Shahrazade (Maroc), ont travaillé ensemble sur un projet intitulé Libérer l’expression des jeunes : création et réflexion (projet cofinancé par l’Union Européenne). Ce projet, qui s’est déroulé sur plusieurs mois, avait pour objectif d’amener les enfants et les jeunes marocains à s’exprimer dans des ateliers d’écriture et de création littéraire et artistique (la nouvelle, le conte, le théâtre, la presse de jeunesse, la poésie et la peinture). Les différents ateliers ont eu lieu notamment dans les collèges de la ville de Casablanca et dans le centre de réforme Oukacha de la même ville. Le projet a été couronné par deux publications : un recueil de textes littéraires (contes, récits courts et poésie) et un magazine pour jeunes baptisé Horizons jeunesse contenant également des contes, des récits courts, de la poésie et des dessins. Par ailleurs, en 2007 la CCLMC a réservé le dossier du numéro 5 de sa revue à la littérature d’enfance et de jeunesse.

Parallèlement, Les travaux académiques réalisés dans les deux dernières décennies, témoignent de l’intérêt grandissant des chercheurs universitaires pour la littérature et la culture de l’enfance et de la jeunesse marocaines. Ils contribuent au débat sur les questions jusqu’à lors négligées ou peu étudiées, dans un cadre scientifique. Certaines universités marocaines ont intégré ce domaine dans le cursus universitaire. Ainsi, la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, par exemple, a assuré durant 6 années, des séminaires de Littérature d’enfance et de jeunesse au niveau des mémoires de licence et du 3ème cycle (UFR Littératures et Cultures Maghrébines Francophones et Comparées) sous la direction du professeur Abdallah MDARHRI ALAOUI. A la suite de cet enseignement, des travaux universitaires ont vu le jour dans la période actuelle, notamment :
- la thèse de Latifa EL HADRATI Enquête sur les textes destinés à l’enfance et à la jeunesse marocaine soutenue en 2002 ;
- le mémoire de DESA de Khalid RIZK intitulé Discours des revues pour la jeunesse au Maroc : étude analytique et comparée suivi par la thèse de doctorat Echange et réception dans les magazines destinés aux enfants et aux jeunes au Maroc. (Thèse soutenue le 4 mars 2009) ;
- le mémoire de DESA d’Abdelmajid MEKAYSSI intitulé Les Images de l’enfant dans la presse destinée à l’enfance (Exemple des revues et magazines en vente au Maroc), suivi de la thèse de Doctorat La presse magazine de jeunesse au Maroc : analyse neutre, poïétique et esthésique. (Thèse soutenue le 5 mars 2009) ;
- la thèse de doctorat de Mohammed OULECHBAR intitulée Statut de la fiction dans les récits pour enfants au Maroc. (Thèse soutenue le 6 mars 2009).

D’autres universités marocaines (comme celle de Fès) et étrangères (ainsi que d’autres institutions éducatives) développent analyses et réflexions dans ce domaine.

La rencontre Littératures d’enfance et de jeunesse au Maroc : entre production et réception, sera l’occasion aux chercheurs des différents lieux de s’ouvrir les uns aux autres et d’avoir des relations avec les diverses institutions et personnes qui ont à cœur de favoriser le développement pertinent et adéquat à cette culture essentielle pour l’épanouissement de la société dans son ensemble.

La production (aussi bien que la réception) de cette littérature est plurielle : elle compte, entre autres, des magazines, des récits, des albums de bandes dessinées conçus dans différentes sphères culturelles et géographiques et utilisant des codes linguistiques variés (arabe classique, amazigh, français, anglais,…) adressée à différents âges de jeunes. Cette diversité nécessite d’ores et déjà une réflexion approfondie sur les conditions de production et de réception, nécessaire à tout projet de société concernant la réalité et l’avenir des jeunes.

C’est par le dialogue et les échanges fructueux entre des chercheurs et les différents acteurs engagés dans la production culturelle des supports ludiques et culturels destinés aux enfants et aux jeunes ( auteurs, pédagogues, illustrateurs, éditeurs, distributeurs, libraires, bibliothécaires, documentalistes, animateurs, responsables socioéconomiques…) que nous pouvons avancer sur des questions capitales telles que :
• la socio-économie des productions destinées aux enfants et aux jeunes (livres, magazines, albums, cdroms,…). Quels moyens matériels et financiers pour quelle production ?
• l’écriture pour les enfants et les jeunes : acquis, obstacles et perspectives ;
• l’importance de l’esthétique des productions destinées aux enfants et aux jeunes ;
• les genres littéraires destinés à l’enfance et à la jeunesse, dans la tradition (récits, contes, théâtre, poésie, etc.) et aujourd’hui, à la lumière des bouleversements technologiques (bande dessinée, romans pour adolescents, cdroms, jeux vidéo, etc.) ;
• la sociologie de la lecture spécifique au jeune public : réalité et perspectives ;
• La recherche scientifique sur la production et la réception de la littérature d’enfance et de jeunesse, et notamment le rôle des travaux de terrain et de l’interdisciplinarité ;
• les productions des enfants et des jeunes dans les ateliers d’écriture et dans la presse magazine locale et moyen-orientale : préoccupations et attentes ;
• l’apport des organismes étatiques et associatifs dans le champ de la production et la réception des supports culturels destinés aux enfants et aux jeunes ;
• l’image de l’enfant et du jeune dans les productions qui leur sont destinées.

Une réflexion sur de pareilles questions nous aidera à penser les supports les plus adaptés au jeune lecteur tant sur le plan de la production que de la réception, ainsi que les conceptions plus adéquates à la culture et littérature de jeunesse.
Langues des communications : arabe, français, anglais
La date limite des propositions de communications : mardi 7 Avril 2009
Les propositions pour participer aux différentes tables rondes sont à adresser à :
Khalid Rizk, rizki112003@yahoo.fr
ou à
Abdelmajid Mekayssi, ammekayssi@yahoo.fr

Site de la CCLMC : http://cclmc.objectis.net